Première visite médicale

Première visite médicale

En cette belle journée d'été, quoi de plus idéal que d'annoncer aux enfants que nous irons à l'hôpital pour passer des examens au lieu d'aller s'amuser dehors et profiter des belles conditions... La veille, nous avons pris notre courage à deux mains et avons annoncé aux enfants que demain nous devrons nous lever de bonne heure afin d'aller voir le docteur. Les yeux étaient dubitatifs et curieux à la fois. On leur explique que tous les enfants (et les adultes) doivent régulièrement voir un médecin pour vérifier que tout va bien. Ils ont rapidement compris et nous n'avons pas eu de crise à gérer. Le soir avant de s'endormir, Oleg nous demande de programmer son radio-réveil. Les filles nous demandent combien de temps nous avons avant de quitter la maison. Bref, on les sent bien prêts. 

Le lendemain matin, 6h a sonné... Oh la la que les visages sont fatigués, mais tout est sous contrôle : les enfants se sont habillés rapidement, sont descendus manger et ils étaient prêts vers 6h45. Pas de niaisage dans l'air, tout semble bien aller. Ils sont juste bien endormis et fonctionnent au radar. On les met dans l'auto et "hop" on se dirige vers l'Hôpital de Montréal pour Enfants. Notre rendez-vous est à 9h30, mais nous avons nos cartes d'hôpital à créer (ouverture de dossier). Sachant que nos enfants n'ont pas encore leur carte d'assurance maladie (assurance sociale), nous préférons arriver en avance pour ne pas compliquer les choses et prendre tout le temps nécessaire. Il y a peu de trafic et nous arrivons aux alentours de 8h15.

Les enfants et Mélissa attendent patiemment le temps que je prépare les cartes d'hôpital avec la préposée. Tout va très bien et les cartes sont faites en un rien de temps. Puisque les enfants n'ont toujours pas leur carte d'assurance maladie, nous devrons débourser tous les frais de notre poche... Cependant lors de la réception des cartes des enfants, nous pourrons nous faire rembourser... Voici donc une belle surprise pour débuter la journée. J'avais aussi oublié que de faire une demande de carte d'hôpital pour 3 enfants prenait aussi plus de temps... Nous sommes enfin prêts pour monter à l'étage vers 9h10. 

En montant, les enfants découvrent des enfants malades, sans cheveux, en fauteuil roulant, avec des béquilles, etc... Ils ont la mine sérieuse et se parlent entre eux. Cependant, ils ont la fâcheuse tendance à pointer du doigt et à fixer un enfant qui ne semble pas en santé. Nous essayons de leur expliquer du mieux qu'on peut, mais cette habitude ne semble pas facile à corriger. Nous arrivons au local B-260 et attendons de rencontrer Dre Louise Auger. C'est elle qui a fondé la clinique multiculturelle du Centre Universitaire de Santé McGill. Auparavant, nous lui avions transmis tous les dossiers ukrainiens sur l'état de santé de nos enfants (dossier médical, carnet de vaccination, évaluations, radiographies...). Elle semblait bien préparée. Elle débute par Lisa, tout simplement à cause de son traitement actuel pour l'épilepsie. En attendant, elle installe les jumeaux sur une table avec des crayons et des feuilles à colorier.

Dre Auger note tout de suite que les enfants sont calmes et semble surprise de voir la belle dynamique entre eux et nous. Nous passons à travers un long questionnaire avec elle. Malgré le fait que nous avons un dossier médical hérité de l'orphelinat, elle ne juge pas qu'il est précis et étoffé. Elle ne prend donc aucune chance et décide de faire des examens approfondis. Par exemple, Lisa a été diagnostiquée positive pour la tuberculose en septembre 2013. Cependant, aucun traitement ni aucune action ne semblent avoir été prises. Elle réfère donc Lisa en médecine respiratoire et demande immédiatement une radio des poumons. Elle fait également une LONGUE liste de tests diagnostiques incluant un dépistage de la tuberculose, des tests de selles pour vérifier la présence éventuelle de parasites et coche un nombre incalculable de tests divers. Par la suite, elle ausculte Lisa sous tous ses angles (réflexes, motricité, yeux, nez, bouche...). Elle a deux grains de beauté à surveiller et nous conseille de faire un suivi en dermatologie car ils sont suspects (rien de bien méchant). Elle nous donne quelques requêtes de tests à faire immédiatement, du fait que nous sommes déjà à l'hôpital. Lisa devra revenir mardi pour passer un électroencéphalogramme (EEG) afin de valider si elle a (ou non) un foyer épileptique et si elle peut (ou non) arrêter son traitement via un sevrage progressif...

Nous courrons donc au centre de prélèvement où tout s'est bien déroulé (malgré les nombreux tubes prélevés). Lisa n'a pas pleuré et Maman l'a accompagnée tout le long. J'étais dans la salle d'attente avec les jumeaux. Par la suite, nous sommes allés en radiologie et là aussi tout s'est bien déroulé. Nous sommes allés manger entre deux, car les enfants étaient affamés tout comme nous. En attendant notre tour, les enfants aperçoivent une famille de juifs portant leurs habits traditionnels. Premier choc culturel car cette population est à peu près inexistante en Ukraine. Les enfants ont la bouche grande ouverte. Ils se parlent entre eux, puis me demandent qui sont ces "étranges" personnes. Puisque beaucoup de personnes se trouvaient autour, je joue la carte de la discrétion et leur indique que ce sont des personnes de confession juive sur mon téléphone, via Google Translate. Les enfants étaient sous le choc et empruntent mon téléphone. Ils cherchent le mot "juif" sur le moteur de recherche Google, mais dans leur langue (j'ai les 2 claviers, français et russe, qui sont installés). Ils cherchent des images et tombent sur une quantité impressionnante de photos antisémites, incluant une photo d'Hitler. Le malheur est tombé sur ma tête : ils cliquent sur cette photo et me la montre devant tout le monde. Ils m'expliquent qu'ils croyaient que ce personnage avait tué l'ensemble de ce peuple. Je ne savais plus où me mettre ! Mélissa revient avec Lisa qui avait terminé sa radiographie des poumons. En quittant, je regarde le couple à côté de nous (qui était aussi sous le choc) et leur explique que c'est leur héritage ukrainien qui vient de parler... Je quitte sur la pointe des pieds et décide d'avoir une discussion avec eux sur ce sujet.

La seule question que j'ai pour eux : qui leur a parlé de ce personnage et qu'est-ce qu'ils savent de lui. Oleg m'explique qu'une des nounous leur a montré des vidéos sur lui et qu'il semblait être un personnage positif... Imaginez le lavage de cerveau que ces enfants ont eu sur ce sujet et sur bien d'autres également... Notre rôle est maintenant de remettre les pendules à l'heure. J'ai pris le temps de bien expliqué qu'au Canada (tout comme partout ailleurs en occident), tout le monde a le droit de faire ce qu'il veut. Ces gens, les personnes de couleur, les handicapés et autres ont parfaitement le droit de vivre et de s'exprimer. Je leur ai dit que la photo qu'ils m'ont montré est interdite chez nous et qu'il est inacceptable qu'ils la montrent. Le message semble bien avoir passé.

Nous finissons la journée en retournant voir Dre Auger. Elle nous confirme les rendez-vous pour Oleg et Macha le 1er août prochain et nous prenons même un rendez-vous de suivi le 27 janvier prochain. Bref, notre petite Lisa est parfaitement en forme et elle a bien évolué (en taille et en poids) depuis son arrivée au Canada. De retour à la maison, et pour les remercier de leur patience, nous sommes allés voir le nouveau film de Disney "Les avions 2" au cinéma et en 3D. En revenant les enfants étaient crevés et ils sont allés se coucher vers 20h15. La journée a été longue, mais fort agréable avec nos petits loups...

Écrire un commentaire

Vous êtes identifié en tant qu'invité. Option de connection ci-dessous